5 avr. 2010

Road, wine and sun trip in ze wild west argentin, la suite

Nous nous enfonçons, de pueblito en pueblito, vers l'extrême-nord argentin. Plus on s'approche de la frontière bolivienne, plus on plonge dans la culture andine. Tout comme le climat et les paysages, les visages commencent à changer: nous croisons des regards en amande, des pommettes saillantes brûlées de soleil, de longues tresses ébène, des vieux à peau d'éléphant, des tissus colorés.
L'ambiance andine se ressent dès le village de Purmamarca, avec son mercado de vendeurs de ponchos en laine de lama, ses cactus, et surtout sa montagne aux strates géologiques multicolores, intitulée Cerro de Siete Colores (pourquoi celle ci a-t-elle héritée de ce nom, alors qu'il y en a tant d'autres dans la région?)

Le village d'Humahuaca, qui s'efforce de promouvoir sa montagne aux 11 couleurs, est plus connu pour la Quebrada de Humahuaca, gorge aux roches colorées d'une multitude de nuance ocrées, et Ricardo Vilca, star argentine du charango.


Afin d'atteindre Iruya, le bus emprunte un chemin de terre qui monte à plus de 4000m d'altitude (une grande 1ère pour nous!), redescend abruptement en zigzaguant dans des canyons et fini en serpentant dans le lit d’une rivière.

Le village est devenu une célébrité nationale à la sortie du film-documentaire "Rio Arriba" sur l'acculturation des communautés locales, et subit depuis un boom touristique et économique. L'authenticité et l'immersion hors sentiers touristiques qu'on nous avait décrit ne sont malheureusement pas au rendez-vous.
Déception vite rattrapée par notre dernière escale argentine: Yavi, village hyper tranquille, à 3500m d'altitude près de la frontière bolivienne. Les maisons d'adobe paraissent sortir de terre et donnent un petit air de bout du monde. On se sent bien loin de Buenos Aires.

C'est la Semana Santa, et le village se remplit de quelques touristes argentins venus voir les processions et de boliviens des villages voisins venus vendre ou troquer leurs produits à la Feria de Pascua. Ce marché coloré, odorant, bruyant et poussiéreux vaut à lui seul le détour: des amoncellements de fruits et légumes, de peaux de moutons, de cadavres de lamas, à même le sol, des gamins aux joues brûlées, des adultes aux joues déformées à force de mâchouiller des feuilles de coca. Les locaux se succèdent sur scène pour chanter du folklore dans des baffles grésillantes; le plus mémorable étant les vieilles psalmodiant des coplas en s'accompagnant d'une petite percussion. La  bière et la chicha coulent à flots et font des ravages à cette altitude...



8 commentaires:

Carlito a dit…

Putana, les aquarelles .. sublimes !!!

Fran6co a dit…

+1 avec Carlito !
Et un "Putana" pour les textes aussi ! On s'y croirait : "des vieux à peau d'éléphant" :-D

Anne-Gaëlle a dit…

ah la la tout ça me rappelle bien des souvenirs!!quel bonheur de vous lire régulièrement!!superbes dessins! supers posts!super voyage non? vous prolongez ou vous commencez le décompte ;-)
anne-gaëlle

Fran6co a dit…

en fait c So :
superbes aquarelles c'est bien vrai et les textes sont vraiment "immergeants"

Thierry a dit…

Des baffles grésillantes... pas de doute c'est bien l'amérique latine :D

MARMOTUS a dit…

je voyage mais ne peux que rêver de dessiner et d'aquareller aussi extraordinairement bien. Bravo aussi pour la rédaction !

jeje a dit…

longchamp handbags
longchamp handbags
michael kors factory outlet
air max
adidas stan smith
michael kors handbags
adidas stan smith uk
longchamp bags
michael kors outlet handbags
michael kors factory outlet

Unknown a dit…

michael kors handbags
new england patriots jerseys
ray ban sunglasses
basketball shoes
nike blazer
converse trainers
cleveland cavaliers jersey
coach factory outlet
michael kors handbags clearance
cheap ray bans

Enregistrer un commentaire